Copie collé du billet de Netreferendum

netreferendum vient de publier un commentaire sur le Fil du groupe « Collectif anti-déficit budgétaire »:

« Ma lettre à Nicolas Sarkozy

Objet : Les états généraux de la dette publique

Monsieur le Président,

Je voudrais pourvoir regarder ma fille dans 20 ans sans avoir à baisser les yeux à cause de la dette publique que nous allons devoir laisser à sa génération.

J’ai 45 ans et je n’ose pas imaginer ce que va être ma retraite dans 20, voire 25 ans, ma génération risque fortement de se retrouver sans rien, à vivre de mendicité dans une France proche de la faillite.

Monsieur le Président, je vous en supplie, il faut absolument passer la vitesse supérieure dans la lutte contre cette dette et les déficits publics

Je suis persuadé que nous n’avons pas beaucoup de temps pour redresser la barre, car les pays émergents vont profiter plus vite que nous de la croissance qui s’annonce et donc ralentir la notre et handicaper nos investissements durables.

La 5ième République a un cancer, c’est la dette publique qui la ronge petit à petit et sans que les Français le ressentent pour le moment, c’est tellement facile aujourd‘hui d’emprunter pour l’Etat

Monsieur Le Président, je ne vous demande pas de prendre des risques pour votre popularité et celle des élus UMP, mais simplement de lancer les états généraux de la dette publique au niveau national en demandant la participation de toutes les forces vives de la nation.

La lutte contre la dette publique est l’affaire de tous, pas que des députés UMP sous l’impulsion de Jean-François Copé avec ses états généraux de la dépense publique, une tentative sympathique et courageuse mais qui manque d’ampleur.

Monsieur le Président, je vous en supplie, vous seul avez les moyens d’installer ces états généraux de la dette publique comme vous l’avez fait pour les états généraux de l’industrie.

Nous ne pouvons plus nous appuyer sur le Général de Gaulle, nous n’avons pas de personnalité politique de son envergure et d’une crédibilité suffisante pour remettre la France sur les rails sans passer par une forte sensibilisation des Français.

Par conséquent, nous avons besoin de ces états généraux et de poursuivre cette sensibilisation en déclarant le cancer de la dette publique « grande cause nationale des années 2010 ».

Quant à la chimio, c’est une autre affaire, la méthode « PVA » permet de passer des réformes dures sans reculer face aux manifestations, mais pour le moment c’est prématuré, il faut d’abord sensibiliser fortement comme un médecin qui annonce à son patient qu’il a un cancer et qu’il devra accepter les effets indésirables de sa chimio…

Mes respectueuses salutations.

Pour la France.

Netreferendum

 »

Voir le Fil du groupe: http://lesdemocrates.fr/groups/collectif-anti-deficit-budgetaire/wire

Voir la page d’accueil du groupe: http://lesdemocrates.fr/groups/collectif-anti-deficit-budgetaire

Voir le profil de netreferendum: http://lesdemocrates.fr/members/netreferendum

———————
Pour désactiver ces alertes, veuillez vous connecter et vous rendre sur: http://lesdemocrates.fr/members/toda/settings/notifications

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 
 

Poster un commentaire



 

2 Commentaires

Voilà! Cela faisait longtemps que j’attendais de lire ce genre de choses Ici!Merci!

Par toda, le 25 septembre, 2009
 

La Dette de la France n’existe pas !
« La réalité est que la dette publique française est d’abord due aux intérêts payés aux établissements financiers auxquels nous avons emprunté. Pourquoi ? Parce que la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, puis l’article 104 du traité de Maastricht, ont ôté le droit de création monétaire à la Banque de France et livré la monnaie aux banques et sociétés d’assurance. La dette fin 1979 était de 239 milliards d’euros, fin 2008 elle s’établit à 1327 milliards d’euros, soit une hausse de 1088 milliards en 30 ans, pendant lesquels nous avons payé 1306 milliards d’intérêts ! » Cheminade oct 2009
Les citoyens doivent dire NON à l’austérité sociale que la pensée dominante veux nous imposer!
Afin de faire face à la colère qui vient! Afin de faire face à la logique destructrice du système ! Afin de faire face au mépris de la classe dirigeante, en montant sur la scène de l’histoire! Afin de rompre avec la règle du jeu!
[…]
David C.
david.cabas.over-blog.fr

Par David C., le 25 octobre, 2009